Portugal

Samedi 29 novembre 2014 6 29 /11 /Nov /2014 10:01

 

Portugal hiver 2012-2013 021

 

 

"...

Maria nous fait visiter

Sa pièce à salaisons

Fumeiros do Barroso 

Tout un porc est suspendu

Chorizos saucisses jambons

Un bouquet d’herbes sépare deux cuisses sèches

Qui ne doivent pas coller

 

Maria dit qu’ici c’est la tradition

Et pour la photo

S’assoit

En souriant

Sur un siège minuscule

d’autrefois"

 

Extrait des Carnets du Barroso

 

 

Maria ne nous fera plus visiter son fumoir, ne nous offrira

plus de saucisses à déguster, ni son grand sourire

qu'on aimait :

il y a deux jours Maria est partie dans son sommeil.


Notre Negrões est plus noir que jamais !

 


 

Par Serge Prioul - Publié dans : Portugal - Communauté : Pensées sur la vie...
Un petit commentaire s'il vous plait ! - Chouette, vous avez écrit 2 commentaires !
Vendredi 31 mai 2013 5 31 /05 /Mai /2013 07:56

 

Portugal-2012--n-1-2642.JPG

 

Où : Alturas do Barroso - Portugal

 

Quand : juillet 2012

 

Comment : Toujours ma manie de photographier des cabanes,

mais le Bon Dieu était sûrement dans celle-là,

sûrement !

 


Par Serge Prioul - Publié dans : Portugal - Communauté : PHOTOGRAPHIE [100% du thème]
Un petit commentaire s'il vous plait ! - Chouette, vous avez écrit 3 commentaires !
Mardi 28 mai 2013 2 28 /05 /Mai /2013 19:59

Portugal-hiver-2012-2013-1346.JPG

 

"Le pays est gorgé d'eau. Chaque talus gicle

des jets d'eau, jaillissements de sources, fontaines

à la dimension d'un pays. La Beauce est un grenier, ou la Castille.

Negrões est une fontaine"

 

Gilles Cervera

 

Par Serge Prioul - Publié dans : Portugal - Communauté : Liberté photo et picturale
Un petit commentaire s'il vous plait ! - Chouette, vous avez écrit 1 commentaires !
Mercredi 16 mars 2011 3 16 /03 /Mars /2011 06:20

 

 

Je demande à mes plus anciens amis de m'excuser de remettre en ligne cet article. Je ne le retrouvais pas et je voulais le faire lire à ma nouvelle amie Hécate qui, comme moi, est une amoureuse, une inconditionnelle du Fado. Et puis un peu de poésie pour adoucir cette horreur qui va s'abattre sur la planète...et surtout, là-bas où le soleil se lève... 

                                                                            ********

 

D’abord, il y a Lisbonne, la capitale qui ne se visite pas, non ! Qui se respire, qui se ressent, comme le poème, comme la jolie femme ! Lisbonne, ses bars, ses restaurants où, au 19ème siècle est né le Fado, ce chant étonnant, langoureux ou rapide, nostalgique et malgré tout joyeux, de ses joies indéfinissablement mélancoliques. « Fado Portugal »   longue plainte, de « saudade* »  submergée mais aussi mélange de volupté, de parfums et de pudeur. « Fado Portugal » cri vivant de poésie et d’un Brésil vénéré mais perdu  par des colons une nouvelle fois déracinés !
Ainsi donc, aux accents du Cap Vert ou d’Amérique, le Fado  rythme encore les soirées lisboètes et invite à l’harmonie universelle de la langue et de la mélodie !

Et puis, il y a Coïmbra, la ville ocre, ancienne, la ville universitaire sur les hauteurs du Rio Mondego. Coïmbra, l’autre temple du Fado où se perpétue sa tradition.
Le soir, en capes noires et amples, comme des prêtres antiques, les étudiants descendent de l’université pour jouer de la guitare portugaise et chanter devant la porte séculaire de l’Al Médina.
On les aime, comme on aime le Portugal !
On les quitte seulement pour rejoindre les bars à Fado des ruelles sombres pour amoureux et initiés.
Et on pleure, on pleure encore, parce qu’il le faut, parce que la voix vous trouble et vous envoûte… vous défait de vous-même !


Oui ! Le Fado est noir, et lumineux comme sont larmes et comme est l’Homme !

Ensuite, c’est un soir encore, mais de décembre celui-là, à St Brieuc avec Mariza, la Portugaise du Mozambique et de Lisbonne, la jeune chanteuse aux grands yeux africains et au casque d’or. C’est une nuit de tempête et de pluie sur la Bretagne. Une de plus, qu’importe ! Nous sommes dans le temple, et la vestale fait pleurer les Dieux : Mariza, belle, exquise, fascinante, frôlant nos cœurs comme les soleils des soirs sur le Tage.

Et puis encore, toujours, le Fado ! Cette fois-là, c’est plus loin et c’est tout près ! C’est Katia, Katia Guerreiro, la petite chanteuse aux mains nouées dans le dos pour mieux nous ouvrir son cœur. Guerreiro, un nom déjà comme  un poème de Fernando  Pessoa qui nous parle de la terre, des mains et des pierres du Tras os Montes, ce pays oublié « de l’autre côté des montagnes ». Pessoa que Katia chantait ce soir d’été 2004 dans notre château  de granit et d’éternité, lui aussi !
Katia, je n’avais rien oublié de ta voix d’or qui m’avait fait pleurer de la première à la dernière syllabe !
Tu nous es revenue, ce 11 mars dernier, merci Juliette Drouet* toi qui chantais le grand poète, toi qui aussi, pleurais l’absence…


Obrigado Fado !
Obrigado*’ Portugal  !


                                       


*Saudade :     Magnifique mot portugais qui signifie (à peu près) mélancolie       
        et qui revient souvent dans les chansons poèmes

 

* Juliette Drouet : Maîtresse de Victor Hugo dont notre centre culturel de Fougères porte le nom.

*’Obrigado :    Merci, en Portugais

 

 

Par Serge Prioul - Publié dans : Portugal - Communauté : ETRE HUMAIN
Un petit commentaire s'il vous plait ! - Chouette, vous avez écrit 14 commentaires !

Présentation

Le gars Serge

  • Serge Prioul
  • Le blog de Serge Prioul
  • voyages photographie vie de couple campagnard amoureux du sud et du soleil
  • Passionné d'écriture. Prose comme poésie. Animateur d'ateliers.
  • Homme
  • 22/09/1955
  • En couple

Calendrier

Décembre 2014
L M M J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31        
<< < > >>

Le moi de juillet :


         J'emmerde l'ordre des choses

 

Les plus fous

seront

les plus sages

 

Marlène Tissot



 


Partager

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés